AIMER BAISER DIRE EXPLOSER TRANSCENDER SPASMER DECHIRER CREER REVER ESPOIRER DESESPERER 

 

Mon vacarme fut silencieux montre la perte de l’Homme dans sa quête au bonheur, sa recherche de l’amour pour être transcendé dans l’absurdité d’une vie.

 

Nous avons des enfants qui ont eux-mêmes des enfants, nous travaillons pour gagner de l’argent, nous établissons des codes à respecter, des règles à suivre, nous nous fixons des "étapes de vie", des objectifs, des envies, des besoins, des buts à atteindre. Nous sommes traversés par des émotions, des sensations, des peurs, des doutes, tout ce qui fait que l’on est en vie, tout ce qui fait la vie. Puis, nous mourrons.

Alors pourquoi ? Pourquoi me lever chaque matin ? Pourquoi travailler chaque jour ? Pourquoi tomber amoureux ? Pourquoi vouloir un enfant ? Pourquoi être heureux ? Mais qu’est ce qu’être heureux ? Peut-on vraiment l’être ? 

 

Si les maux disparaissaient de l’Homme, s’il n’avait pas à combattre, en serait-il plus heureux ?

Si l’amour que l’on attend et la mort qui nous attend ne nous effrayaient plus, nous sentirions-nous plus libres ?

Serions-nous heureux d’être seuls pour éviter le conflit ?

Serions-nous heureux de ne plus aimer par précaution de ne pas souffrir ? 

Serions-nous heureux de ne plus dire « Je t’aime » pour ne plus jamais avoir à dire « Je te quitte » ?

S’il n’y avait pas les larmes, y aurait-il les éclats de rire ? 

S’il n’y avait pas le manque, y aurait-il l’envie ?

S’il n’y avait pas la douleur, y aurait-il le plaisir ? 

S’il n’y avait pas la lutte, y aurait-il la paix ?

 

C’est avec la bouche pleine de mots que nous ferons place au silence perçant de l’âme, au hurlement du coeur. Mon vacarme fut silencieux est une tempête qui ne fait pas de bruit mais dévaste tout. 

Représentations du spectacles

Festival Les Automnales, Cours Florent (Juin 2013)

On n’arrête pas le théâtre, Théâtre de l’Etoile du Nord (Juin 2014) 

Festival OVNI, Espace d’activités Ascemd (Septembre 2014)